La psychothérapie consiste en un processus de changement en profondeur vers un objectif personnel.

Au début de chaque séance, je pose la question de ce qui est utile POUR VOUS aujourd'hui, car le but est de vous suivre là où vous avez besoin d'aller et non d'aller là où moi je pense qu'il serait utile et nécessaire d'aller. C'est une question qui surprend en général. Au début d'une psychothérapie, il est normal de ne pas savoir, je vous aiderai à y voir plus clair!

Une séance dure entre 55 et 65 minutes et entre 85 et 95 minutes pour les séances de couple et de famille.

Le setting pourra évoluer en fonction des besoins. On peut par exemple commencer de manière individuelle pour se rendre compte au bout de quelques séances qu'il serait utile d'inviter le/la partenaire ou les enfants. Tout changement de setting est évidemment longuement discuté ensemble. Il doit aller dans le sens des objectifs de changements et ne se fait qu'avec l'accord formel de la personne qui consulte au départ. La psychothérapie évolue donc au rythme du processus de chacun et "le thérapeute doit s'efforcer de créer une nouvelle thérapie pour chaque patient." (I.Yalom)

La fréquence des séances dépend de l’intensité des difficultés, de l’urgence à vouloir aller mieux, mais aussi de contingences financières et pratiques (horaires de travail). Je vous dis ce qui convient dans l’idéal et vous décidez de ce qui est possible. En règle général, il est conseillé une séance hebdomadaire au début de la thérapie. Mais parfois une séance toutes les deux semaines convient parfaitement. Selon mon expérience, nous commençons par une séance par semaine et réduisons la fréquence quand les symptômes diminuent.

Il est toujours difficile de donner une idée de la durée d’une psychothérapie, mais on peut dire qu'une thérapie doit être aussi courte que possible et aussi longue que nécessaire!

C'est vous qui décidez de votre thérapie tout en étant solidement guidé par mon expertise. Je mets à disposition ma boîte à outils en donnant toutes les explications nécessaires pour que vous puissiez juger de la pertinence de l'utilisation de l'un ou l'autre avec vous.
 

L'EMDR est souvent demandé, il n'est cependant pas un outil magique. Je le décris comme le marteau dans la boîte à outils, c'est-à-dire que l'on peut taper fort mais si le clou est mal orienté ou si l'on tente de le planter dans un mur friable alors le tableau ne tiendra pas ou, pire encore, on peut se faire très mal en se tapant sur les doigts.

Avant de sortir le marteau, je vais donc stabiliser le mur, choisir le bon clou, la bonne place et l'orienter pour qu'il s'enfonce sans risque en suivant un plan pré-établi à travers une histoire de la maison et des murs!

Bref, nous n'utiliserons le marteau qu'à la 3ème séance au minimum et si cela est possible sans risque de re-traumatisation. Ne soyez donc pas surpris de ne pas bouger les yeux à la première rencontre!

Lorsque le bénéficiaire de soin est un enfant ou un adolescent, la première séance se déroule TOUJOURS en présence des deux parents. Si cela n'est pas possible pour des raisons de relation problématique entre les parents, des rendez-vous séparés mère-enfant, père- enfant seront agendés.